Programme Haydée

Ce programme de recherche prend comme point de départ les recherches engagées par Caroll Maréchal depuis 2011 autour des collections de design graphique, qui se poursuivent depuis 2016 dans le cadre d’un doctorat au Centre Maurice Halbwachs (EHESS-ENS-CNRS).

Dans le cadre du programme Haydée, plusieurs axes de recherche mettant à contribution les étudiants de l’École supérieure d’art de Cambrai (Esac) ont été mis en place.
Le premier – New Hoarders – interroge la notion même de « collection de design graphique », ses enjeux et les méthodes d’acquisition mises en œuvre actuellement par les institutions muséales.
Le second – Challenger Deep – s’attache davantage à la valorisation et la transmission du patrimoine graphique.

Axe 1 — New Hoarders

Note d’intention

En 1875, le Kunstgewerbemuseum de Zürich – aujourd’hui le Museum für Gestaltung – est la première institution dans le monde à initier une collection de design graphique en rassemblant affiches, design graphique, et objets du quotidien.
Originellement conçue dans un but pédagogique, cette collection s’est constituée sur la base de maquettes, d’équipements pédagogiques, et de manuels éducatifs d’artisanat et de design à destination des étudiants de l’école d’arts appliqués (la Zürcher Hochschule der Künste). Elle est aujourd’hui l’une des plus importante collection mondiale de design graphique, puisqu’elle détient environ 500 000 pièces.
Ce projet de recherche prend ses racines dans l’histoire de cette collection, non pas pour sa dynamique institutionnelle, mais bien pour sa démarche pédagogique initiale.
Ce projet avait pour but d’interroger les collections de design graphique actuelles, leurs matérialités, leurs politiques d’acquisition, etc., et de constituer une collection de design graphique « alternative », par et pour les étudiants de l’Esac.
Cette collection «pédagogique» n’a pas été pensée comme une collecte compulsive, mais plutôt comme une investigation dans laquelle l’investissement des étudiants était primordial, et la relation au graphiste/artiste était valorisée.
En effet, si les acquisitions de pièces graphiques s’effectuent le plus souvent gracieusement1, il n’est pas incompatible d’envisager de nouvelles formes relationnelles entre donateur et acquéreur. Si la politique d’acquisition de ce projet s’inscrivait dans cette démarche gracieuse, elle imposait néanmoins un échange de services entre les étudiants et les graphistes. En contrepartie de la donation à l’école d’une partie ou de l’ensemble de sa production, le graphiste se voyait proposer un projet constitué par les étudiants (exposition, édition, colloque, workshop, etc.). Ce projet de recherche suscitait à la fois un enseignement théorique (histoire des institutions, des collections, du design graphique, etc.), une pratique artistique (mise en place d’expositions, réalisation d’éditions, d’affiches, d’objets graphiques, etc.), et l’ancrage des étudiants dans une réalité professionnelle.

Les projets

2017-2018
Plusieurs projets ont été menés avec les étudiants de 3e année dans le cadre de la constitution de la collection.

— La réunion, l’inventaire et la prise de vue des différents objets graphiques déjà présents à l’école et pouvant constituer la base de la collection.

— La création et mise en place d’un catalogue en ligne :
newhoarders.esac-cambrai.net

— Deux projets initiés par les étudiants dans le but d’enrichir le fonds :
• Une invitation à Xavier Antin, pour participer à un workshop dans le cadre de La Fonderie des Glaces.
• Une invitation au collectif Modèle puissance, invité a exposer leurs travaux dans une exposition, « Division Joy », mise en place par deux étudiants.

Ces deux projets ont permis d’enrichir le fonds pré-existant de l’école. Xavier Antin a fait don de l’ensemble des éditions qu’il a réalisé. Les travaux de Modèle puissance présentés dans l’exposition « Division Joy », sont par la suite entrés dans le fonds de l’école.

Ces projets étaient accompagnés d’un séminaire dans lequel des textes historiques et théoriques sur la collection étaient étudiés et discutés.

2018-2019
À côté de ce travail sur la constitution d’une collection, centre de ressources, les étudiants ont également menés deux autres projets, entre 2018 et 2019, interrogeant les notions de collection, d’inventaire, de catalogage, ou encore de monstration des collections.

— Un workshop avec Maki Suzuki et Alexandre Humbert a permis d’enrichir le fonds avec des ouvrages du collectif Åbäke. Ce workshop, dans le cadre de leur résidence au Frac Grand-Large (Hauts-de-France), questionnait l’exposition.
Les étudiants, par binôme, ont créé l’affiche d’une exposition conçue mentalement à partir du catalogue de la collection du Frac Grand-Large. Ils ont, par la suite, présenté leurs travaux lors du Week-end des Frac les 17 et 18 novembre 2018.

— Le second a été mené dans le cadre de la Biennale Exemplaires, formes et pratiques de l’édition, qui s’est tenue à l’EESAB de Rennes fin mars 2019.
Chaque école devait retenir une thématique et sélectionner six ouvrages francophones, qu’elle considère comme étant exemplaires. Ces derniers doivent avoir été publiés dans les cinq dernières années. Chaque sélection est accompagnée de textes argumentaires.
La proposition de l’Ésac a été menée avec les étudiant.e.s de 4e année et s’est axée sur une thématique et des questionnements en lien avec le programme de recherche Haydée.
La sélection s’est concentrée sur la bibliothèque de l’école en interrogeant son catalogage, son rangement, le lien possible entre les ouvrages, en s’appuyant sur des travaux scientifiques (Walter Benjamin, Aby Warburg, Georges Didi-Huberman, etc.) et des travaux artistiques (Batia Suter, Haroun Farocki, Éric Tabuchi, etc.).
Les sélections étudiantes ont été présentées à l’EESAB de Rennes puis à la Biennale de graphisme du Signe à Chaumont.

Axe 2 — Challenger Deep

Note d’intention

Cet axe de recherche part du constat que si le design graphique est présent dans de nombreuses collections, il reste très difficilement identifiable et se trouve rarement valorisé pour ses qualités graphiques propres.

Ce travail d’identification et de valorisation a investi différents projets et ateliers à l’intérieur de l’Esac et « Hors les murs », il a mis en œuvre différents partenariats nationaux et institutionnels.
Tout en apportant aux étudiants une connaissance historique, formelle et économique des médiums présents dans les différentes collections étudiées (périodiques, ephemeras, incunables, maquettes, etc.), l’atelier leur a permis d’accéder à d’importants fonds contenant des objets graphiques non identifiés comme tels, de valoriser ce patrimoine en travaillant sur des modalités de monstration (exposition, édition, etc.) et de penser à la restitution de ce travail (catalogue, archives, recherches, etc.)

Au-delà des aspects théoriques et pratiques, l’atelier a également permis aux étudiants d’aborder les questions que soulèvent le commissariat d’exposition, le travail éditorial, etc. ; ils ont également bénéficié d’une expérience relationnelle avec des acteurs qui leur sont peu familiers ( conservateurs, régisseurs, etc. ). L’atelier a également exploré les interrogations suscitées par les œuvres « papier » quant à leur fragilité, leur conservation et leur exposition.

Les projets

2017-2018
Marginalia
Dans le cadre de l’événement « Mai 68 – Assemblée générale » qui s’est tenu au Centre Georges Pompidou, du 28 avril au 20 mai 2018, l’atelier s’est concentré sur l’important fonds de la Bibliothèque Kandinsky, et plus particulièrement sur des ressources graphiques en lien avec les questionnements soulevés pendant Mai 68 (revues, catalogues, magazines, journaux, etc.).
La restitution de ce travail a pris place au sein de deux expositions – une dans le Forum -1 du Centre Georges Pompidou, une autre dans les vitrines de la Bibliothèque Kandinsky – et dans une édition.
Trois groupes d’étudiants ont proposé chacun un axe de recherche dont a découlé trois projets. Ils ont ensuite travaillé sur la mise en place collectivement des deux expositions, des éléments de communication et de la création graphique de l’édition. Vanina Pinter et Catherine Guiral sont intervenues en workshop dans le cadre de ce projet.

2018-2019
Projet Monstro
En s’appuyant sur une partie de la Bibliothèque de Roman Cieslewicz 4, conservée au Signe de Chaumont et prêtée à l’Ésac pour l’occasion, les projets proposés aux étudiants dans le cadre de trois workshops, ont interrogé la figure du « monstre » et sa définition, en multipliant les recherches, les représentations et les médiums.
En effet, monstruosités, déformations, hybridations, caractérisent une partie du travail de Roman Cieslewicz, en particulier ses Zooms qu’il élabore à l’aide de boîtes thématiques constituées de photographies, de coupures de journaux, d’images découpées, et alimentées par certains ouvrages de sa bibliothèque. Cette dernière contient une boîte dont la thématique « les monstres » fait écho à cette opération chirurgicale opérée par le graphiste pour créée des êtres cyclopéens.

Ce travail a pris place au sein de trois workshops menés par Sarah Kremer, Kevin Bray et Alexandru Balgiu, accompagnés de conférences.

Les éléments de communication du projet ont été réalisés par deux étudiants de 4e année, Justine Richard et Victor Van Damme. Les projets ont été restitués au cours d’une exposition-performance.

Outre la réalisation de ces projets graphiques, les étudiants se sont confrontés à des questions de conservation (conservation préventive) à la fois pour penser l’exposition, mais également lors d’une présentation de Stéphanie Mahieu et Caroll Maréchal, sur les modalités de conservation et de manipulation d’objets papier appartenant à un fonds institutionnel, lors de la réception à l’école des éléments prêtés par le Signe.

Équipe, Intervenants, Dates, Partenaires

Équipe enseignante

• Caroll Maréchal, responsable du programme de recherche
• Mathias Schweizer (New Hoarders en 2018 et 2019 & Challenger Deep en 2019)
• Diane Boivin (Challenger Deep en 2018)
• Keyvane Alinaghi (Plateforme collection)
• Stéphanie Mahieu (initiation à la conservation préventive)

Chercheuse associée

• Mica Gherghescu, docteure en histoire de l’art (CRAL/EHESS), chargée du développement des services à la recherche à la Bibliothèque Kandinsky du Centre Georges Pompidou

Personnalités extérieures invitées

• Xavier Antin
• Maki Suzuki (Åbäke) et Alexandre Humbert
• Vanina Pinter
• Catherine Guiral
• Sarah Kremer
• Kevin Bray
• Alexandru Balgiu
• Clémence Imbert

Workshops

• Xavier Antin (La fonderie des glaces x New Hoarders) :
29 janvier-1er février 2018
• Maki Suzuki (Åbäke) & Alexandre Humbert (New Hoarders) :
15 octobre-17 octobre 2018.
• Vanina Pinter (Challenger Deep) : 15 mars 2018
• Catherine Guiral (Challenger Deep) : 20 mars 2018
• Sarah Kremer (Challenger Deep) : 4 mars-7 mars 2019
• Kevin Bray (Challenger Deep) : 19 mars-22 mars 2019
• Alexandru Balgiu (Challenger Deep) : 16 avril-19 avril 2019

Conférences

• Maki Suzuki (Åbäke) et Alexandre Humbert : 17 octobre 2018
• Sarah Kremer : 5 mars 2019
• Clémence Imbert : Lundi 1er avril 2019
• Kevin Bray : 19 mars 2019
• Alexandru Balgiu : 16 avril 2019

Expositions

• « Division Joy », Esac Cambrai, 19 mars-13 avril 2018.
• « Marginalia », Forum-1, Centre Pompidou, Paris, 14-20 mai 2018
• « Marginalia », Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Paris, 28 avril-20 mai 2018
• Week-end des Frac, Frac Grand Large, 17-18 novembre 2018
• Biennale Exemplaires, Eesab de Rennes, 28 mars-28 avril 2019
• « Au-delà du coup d’œil », exposition-performance, Ésac Cambrai, 23 avril – 10 mai 2019.
• Biennale design graphique, Le Signe, Chaumont, 23 mai-22 septembre 2019

Éditions

• Marginalia, Esac Cambrai, auto-édition, 2018. 50 ex. Impression Riso et Sérigraphie.
• Un frisson d’adrénaline…, Esac Cambrai, auto-édition, 2019. 1 000 ex. Impression offset.

Institutions partenaires

• Frac Grand-Large, Hauts-de-France
• Bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou
• Département du développement culturel du Centre Pompidou
• Le Signe, centre national du graphisme, Chaumont

Ce programme a été soutenu par le ministère de la Culture.